Congrés du CTHS, Paris 23-27 avril 2018

Congrés du CTHS, Paris 23-27 avril 2018

MUSIQUE ET ASTRONOMIE DANS DES “LIVRES EN PIERRE” AU XII SIECLE

 

“Livres en pierre” c’est une denomination donnée de très longtemps aux portails des églises  romanes et gothiques. La doctrine catholique était très clairement exposée à travers la présentation des scènes bibliques, voilà donc  une effective transmission de connaissances théologiques. Mais d’autres savoirs pouvaient etre tout aussi transmis: histoire, astronomie, musique. Parfois , au moyen d’un language codé, on exposait des connaissances secrètes.

Nous avons étudié trois exemples excéllentes: les portails  des cathédrales de Chartres, Arles et Saint Jacques de Compostelle, en mettant en évidence une transmission de connaissances de musique et d’astronomie. On voit que les sculpteurs ont représenté avec le plus grand souci les instruments de musique, leur tenue, les détails de fabrication, les decorations et meme les figures des musiciens, des chanteurs, des anges, leur expression, leur attitude. Le nombre, la position des sujets, les endroits occupés dans la composition, les relations entre les personnages, tous ces eléments donnent indications et suggestions au regard  des études de théorie musicale conduits à l’époque (1143-1188): intervalles de l’exachorde et Musique des Sphères à Arles, gammes chromatiques à Chartres et à Saint Jacques de Compostelle des références à la cosmologie platonicienne et à l’astronomie, dans tous les trois monuments la présence du Tritonus ou “Diabolus in musica”.

Conclusions.

La transmission des savoirs musicales à travers les sculptures des portails des églises était importante, car la Musique (des Sphères), liée à l’Astronomie, était considerée comme un moyen de communication avec Dieu. Quelques détails pouvaient etre compris uniquement par un public savant. Avant tout, la réponse dépende de la question qu’on pose.

Bibliographie

AAVV, El mensaje simbòlico del imaginario romànico. Aguilar de Campoo, Fundacion santa Maria la Real, 2012

Elena Ferrari Barassi, Testimonianze organologiche nelle fonti teoriche dei secoli X-XIV.  Cremona, Fondazione Claudio Monteverdi, 1983

Boethius Severinus Manlius Torquatus, De institutione musice.

Bruce Eastwood, Ordering the Heavens. Brill, 2007

Dieu Lionel, La Musique dans la sculpture romane en France, Centre de Développement en Art et Culture Médiévale, 2006

 

 

La communication des savoirs musicales à travers les sculptures des portails des églises était importante, car la Musique (des Sphères) était considerée comme un moyen de communication avec Dieu, bien que certain détails pouvaient etre compris uniquement par des musiciens savants.

 

 

 

Read more...
CHARTRES 20 AVRIL 2017

CHARTRES 20 AVRIL 2017

Monsieur André Bonjour, de l'Instrumentarium de Chartres, et grace à la Ville de Chartres,  à appelé 6 luthiers pour étudier les sculptures du Portail Ouest de la Cathedral de Chartres, dans le but de mésurer les instruments de musique que sont représentés pour en faire des reconstitutions. Les luthiers: Yves D'Arczisas, Florian Jugneau, Olivier Pont, Christian Rault, Jeff Barbe et Giuseppe Severini, le 20 avril 2017. Le beau temps nous a permis de passer toute la journée en observant et en mésurant et photographant les precieuses sculptures di 1144 ! Il n'y a que le contact directe avec ces sculptures pour  connaitre les detailles et les dimensions réelles et les proportions éxactes. J'ai étudié les deux psalterions, celui de la Musique et l'autre, dans le Portail Royal, à gauche. Est étonnant comment les pierres ont résisté aux siècles!

https://www.youtube.com/watch?v=VnhmL8RQxnA

http://www.instrumentariumdechartres.fr/prochaines-manifestations/les-dernieres-nouvelles.php

 

 

 

Read more...
PSALTERIUM DECACHORDUM XII SIECLE CATHEDRALE DE CHARTRES

PSALTERIUM DECACHORDUM XII SIECLE CATHEDRALE DE CHARTRES

“PSALTERIUM DECACHORDUM”
CATHEDRALE DE NOTRE DAME DE CHARTRES - PORTAIL ROYAL (1144)

Cet instrument, situé dans le 3ème cordon de voussures, au claveau n°13 du portail ouest, dit royal, a été observé, mesuré, photographié pendant la journée du 20 avril 2017 organizée par L’INSTRUMENATRIUM DE CHARTRES avec la collaboration de la Ville de Chartres.
Par l’observation directe on a decouvert :
1. Que l’instrument a 10 choeurs,
2. Qu’il y a un borde ronde aux deux extremités du fond de la caisse.
3. L’exacte misure de la profondeur de la caisse.
Ces particuliers sont décisifs pour la reconstitution.

 


DETAILS DE FABRICATION
Pour la realization de cet instrument j’ai suivis une technique déjà experimentée sur plusieurs psalterions (et memes vielles) ca veut dire j’ai creusé le corps del’instrument en deux differents parties: superieure et inferieure .
La partie superieure est en Peuplier noir (Populus Nigra), la partie inferieure (le fond, avec le bord rondi) en Hetre (Fagus silvatica).
Epaisseurs: table d’harmonie: mm.4; fond: mm.5; cotés: mm 6-10
Les chevilles en fer sont placées obliquement dans le fond en bois dur.
De l’autre coté le cordes passent à travers des trous faits dans le bord arrondi du fond.
ACCORD
Les chevalets forment avec les cordes un trapèze regulier. Les angles inferieures sont 70° chacun. Le rapport entre le huitième choeur (entierèment visible) et le plus aigue est 1,39.
Ca veut dire que d’un point de vue purement geometrique l’interval musical entre le premier et le dernier choeur visible est un Tritonus.
Si l’on considère la mesure calculée de la dixième corde, cachée sous le manteau du Prophète, le rapport entre les cordes extrèmes est 1,5, une Quinte.
L’autre Psalterion du portail, celui de la Musique, a 9 choeurs. Les mesures des cordes sont: cm 11 la plus aigue, la plus grave cm. 16. Le rapport entre le neuvième choeur et le prémier donc est 1,45, une Quinte decalée. Ce neuvième choeur est égal à la corde plus courte de la Vièle (les trois cordes sont legèrement differentes pour une raison de perspective). Il y aurait bien d’espace pour un dixième choeur au bout de l’instrument, le meme serait en rapport de 1,5 avec le choeur le plus aigu, mais il n’y a pas.
On pense que le sculpteur a évité de faire le dixième choeur dans une perspective numerologique : 3 cloches, 3 cordes de la Vièle, donc 3 x 3 cordes pour le Psalterion, ou pour donner une représentation du Tritonus.

 

Les rapportes entre les cordes sont compris entre 1,036 et 1,058 (Quart de ton= 1,03; Demi-ton = 1,06, valeurs actuels approximés; 1,028 et 1,053 selon Archita et Ptolémée à travers Boèce). Les autres rapports fondamentales, à partir de la corde grave, sont le premier Ton au quatrième choeur (1,124) , la Quarte entre le septième et l’huitième (1.3 et 1.36) et la Quinte au dernier (1,5).
Donc, pouvons nous etre sur que ces instruments soient diatoniques? (voir : Olivier Feraud, Lecture croisée du monocorde et du psalterion. En: L’instrumentarium du Moyen Age, Paris, l’Harmattan, 2015, pp.187-189).
Le Monocorde est caché et renversé derrière la Musique, laquelle peut explorer des domains différentes. Dans les Psaltérions l’interval entre les cordes extremes est une Quinte, pas l’hexacorde. On pourrait penser que à travers ces représentations on voulait un morceau de gamme pythagoricienne, presque complète, avec doubles demi tons:
SOL – Lab Sol# - LA La # SI – Do Do# Reb - Re.
Mais pour un psalterion consideré comme “monocorde deployé” des cordes simples suffiraient. Par contre nous voyons ici des instruments à cordes doubles. Ca veut dire peut etre qu’ils étaient des instruments à jouer, dont l’accord pourrait etre, par exemple:
RE – MI – FA – SOL – LA –SI – DO – RE – MI – FA.
Les cordes , en acier, des diamètres suivantes:
Re, mi, fa = 0.16
Sol, la, si = 0.14
Do, re = 0.12
Mi, fa = 0.10

 

 https://youtu.be/2vxy4obhnro

Read more...
Subscribe to this RSS feed